voir notre page facebook fil RSS

Accueil du site > AU FIL DE L’ACTU

Les colons israéliens lancent une marche vers la maison familiale d’Abu Rajab dans la vieille ville d’Hébron

jeudi 10 août 2017

HEBRON (Ma’an) - Des centaines de colons israéliens originaires de France ont lancé une marche mercredi après-midi vers la maison d’Abu Rajab dans la vieille ville d’Hébron, qui a été prise par les colons il y a deux semaines , pour manifester leur solidarité avec les colons.

JPEG - 71.2 ko

La marche a été déclenchée à partir d’une colonie illégale située rue Al-Shuhada et du quartier de Tel Rumeida dans la vieille ville, et a pris d’assaut la maison familiale d’Abu Rajab, alors que les colons agitaient les drapeaux israéliens.

Des témoins ont déclaré à Ma’an que la marche était une façon pour les colons israéliens de « confirmer leur contrôle » sur le bâtiment, même si l’administration civile israélienne a décidé que le prétendu achat de la propriété par les colons était en fait invalide.

Les résidents de la maison d’Abu Rajab ont été impliqués dans une bataille juridique avec les colons israéliens depuis des années, après que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ait déclaré son intention d’encourager la création d’une nouvelle colonie israélienne illégale du nom de Beit Hamachpela .

Cependant, les autorités israéliennes n’ont pas autorisé l’établissement de cette colonie au motif que les colons n’ont pas prouvé leur achat de la maison palestinienne, les Palestiniens accusant les colons d’avoir fabriquer les documents.

Pendant ce temps, les médias hébreux ont rapporté que la marche a été organisée par une organisation de droite appelée « Israël pour toujours », qui met l’accent sur la solidarité française avec les colons israéliens résidant illégalement à Hébron.

La marche dans la vieille ville d’Hébron s’est tenue au lendemain de l’annonce d’un recours de la famille auprès de la Cour suprême israélienne pour obtenir l’évacuation les colons de leur domicile. Selon le journal israélien Haaretz , la requête vise à exhorter les autorités israéliennes à évacuer les colons, ce que la famille avait déjà réussi à obtenir lorsque les colons avaient également pris leur maison en 2012 en prétendant avoir acheté la propriété.

Alors que l’armée israélienne a déclaré le secteur « zone militaire fermée », un ordre supposé empêcher les individus d’entrer dans le quartier, les colons israéliens ont continué à entrer et à sortir librement du bâtiment.

Selon Haaretz, les autorités israéliennes ont négocié avec les colons une « éventuelle expulsion volontaire », lorsque que le juge de la Cour suprême israélienne, Neal Hendel, a ordonné à l’État israélien de répondre à la demande de la famille d’ici le 16 août.

Situé dans le centre d’Hébron, l’une des plus grandes villes de la Cisjordanie occupée, la vieille ville a été divisée en zones palestiniennes et israéliennes, connues sous le nom de H1 et H2, suite au massacre de la mosquée d’Ibrahimi. [1]

Quelque 6 500 Palestiniens et 800 colons israéliens notoirement agressifs vivent dans la vieille ville d’Hébron, selon un rapport établi en 2016 par l’ONG de défense des droits humains BADIL .

Les résidents palestiniens de la vieille ville font face quotidiennement à une forte présence militaire israélienne, avec au moins 32 postes de contrôle permanents et partiels à l’entrée de nombreuses rues.

En outre, les Palestiniens ne sont pas autorisés à conduire sur la rue Al-Shuhada, leurs maisons et leurs magasins sont fermés, [2] et dans certains secteurs de la vieille ville, on ne peut pas emprunter certaines rues.

Pendant ce temps, les colons israéliens se déplacent librement dans ces rue, conduisent des voitures et portent des fusils mitrailleurs.

Notes

[1] perpétré par le colon d’extrême droite Baruch Goldstein en 1994

[2] L’armée y a même soudé les portes pour empêcher qu’on y accède

Sur le web

Une sélection de sites internet susceptibles d'enrichir son information